Catégories
Journal de travail

Appartatelier II dimanche 22 décembre 2019

Il y a 5 ans, le 4 avril, j’écrivais :

« Le sujet principal de L’Appartatelier! est la précarité. Celle du logement, celle de l’emploi, ou de l’énergie, ou de l’amour, ou de l’accueil… et de toutes autres formes. La précarité de l’individu dans L’Appartatelier!, celle à Brest sur le site Galères de Brest et à travers le monde sur le site planetattitude.com. Les 3 sites formant un tout essayant d’illustrer la phrase : « Penser global, agir local ».

Les sujets secondaires seront nombreux puisque la précarité n’est pas quelque chose d’isolée, qui se tiendrait comme ça toute seule en l’air. Elle est le résultat de nombreuses autres choses, la politique ( au sens large ) par exemple, les politiques diront nous, celles de la ville, du travail, de la famille, du couple, de l’enfant, de l’écologie, … tout plein de choses que j’essaye d’assembler.

☮ ☮ ☮ Peace and love ☮ ☮ ☮

Il y a un an et demi j’ajoutais:

 » au 28 août 2018

L’heure de mes 60 ans approche.
Depuis 10 ans je regarde l’humanité, dont je fais partie, vivre.
J’ai souvent dit que la décennie pendant laquelle je serai « sexagénaire » j’écrirai chaque jour.
Bien sûr c’est un pari risqué car rien ne prédit que je vivrai jusqu’à 70 ans.
En tous cas j’y crois et je n’ai pas trouvé de meilleure raison de vivre que celle de laisser une trace écrite.
Quelque part j’ai lu que chaque personne qui meure est une bibliothèque qui brûle.
Je vous invite à vous aussi laisser trace de votre passage sur terre pour que votre vie ne parte pas en fumée mais en mots, images, sculptures … « 

Aujourd’hui dimanche 22 décembre 2019 :

Les jours restants de ma soixantième année se comptent exactement sur les doigts des 2 mains, 10. Je n’aurai pas écrit mon premier livre, ou alors très vite ! En 10 jours !!!

Catégories
Journal de la Lutte

Appartatelier II Brest Bretagne vendredi 20-12-2019

Bien encouragé par la force, houla…

Dans un paysage si tranquille qui voudrait agiter une quelconque revendication ?

Tout se passerait bien pour le meilleur des mondes si…