Catégories
Journal de travail

Appartatelier II lundi 23 décembre 2019

10 jours c’est trop court !

Et d’ailleurs c’était 11 jours car je suis né le 2 janvier hé hé hé j’avais compté jusqu’au 1er de l’an.

Donc c’est 10 jours à partir d’aujourd’hui. OUF LOL

Allez, allez, je me lâche, échauffement:

« J’ai trouvé une gageure à la con, un challenge, comme disent les franglosaxons. Depuis des années, 2 décénnies en fait que je dis au #MondEntier que j’écrirai mon livre, le premier, à 60 ans. Je sui sexagénaire depuis un an moins 10 jours ! À noter que de sexe y en à pas eu depuis 3 ans, bon çà tout le monde s’en fou et il/elle a raison. Ha oui, j’écris dans le plus simple éditeur de texte, quelle indécence, n’est il pas? À nu quoa, oups quoa c’est que pour les brestoa, À nu quoi, sans correcteur orthograp’hic! Hic pour signaler une légère prise de boisson. Les écrivains et les écrivaines y ont le droit, c’est syndical ! Programmeur oblige, donc, c’est dans le plus simple appareil que j’écris! Un éditeur de texte basique, sous linux en plus, qui corrige pas les fôtes (tentative de suicide social ?). À la relecture j’essaierai de les enlever, les fôtes, promis. P….n comme disent les jeunes, #plusque10joursarg Tiens, je vais mettre ça sur les rézosocio, ou rézosoçio, c ou ç, p….n ça commence bien ! Ho! Hé! Je voudrais vous y voir vous les jeunes sans correcteur orthographique, hein? Bon! Je fais une pause… syndicale! Déjà !? Oui déja 😉 »

Catégories
Journal de travail

Appartatelier II dimanche 22 décembre 2019

Il y a 5 ans, le 4 avril, j’écrivais :

« Le sujet principal de L’Appartatelier! est la précarité. Celle du logement, celle de l’emploi, ou de l’énergie, ou de l’amour, ou de l’accueil… et de toutes autres formes. La précarité de l’individu dans L’Appartatelier!, celle à Brest sur le site Galères de Brest et à travers le monde sur le site planetattitude.com. Les 3 sites formant un tout essayant d’illustrer la phrase : « Penser global, agir local ».

Les sujets secondaires seront nombreux puisque la précarité n’est pas quelque chose d’isolée, qui se tiendrait comme ça toute seule en l’air. Elle est le résultat de nombreuses autres choses, la politique ( au sens large ) par exemple, les politiques diront nous, celles de la ville, du travail, de la famille, du couple, de l’enfant, de l’écologie, … tout plein de choses que j’essaye d’assembler.

☮ ☮ ☮ Peace and love ☮ ☮ ☮

Il y a un an et demi j’ajoutais:

 » au 28 août 2018

L’heure de mes 60 ans approche.
Depuis 10 ans je regarde l’humanité, dont je fais partie, vivre.
J’ai souvent dit que la décennie pendant laquelle je serai « sexagénaire » j’écrirai chaque jour.
Bien sûr c’est un pari risqué car rien ne prédit que je vivrai jusqu’à 70 ans.
En tous cas j’y crois et je n’ai pas trouvé de meilleure raison de vivre que celle de laisser une trace écrite.
Quelque part j’ai lu que chaque personne qui meure est une bibliothèque qui brûle.
Je vous invite à vous aussi laisser trace de votre passage sur terre pour que votre vie ne parte pas en fumée mais en mots, images, sculptures … « 

Aujourd’hui dimanche 22 décembre 2019 :

Les jours restants de ma soixantième année se comptent exactement sur les doigts des 2 mains, 10. Je n’aurai pas écrit mon premier livre, ou alors très vite ! En 10 jours !!!