Avenirs (mars 2017 2037)

Le printemps se faisait sentir.

Il lui était de plus en plus difficile de ne pas être joyeux sans raisons.

La journée s’annonçait aussi grande que la précédente.

L’ennemi perdait du terrain, mais c’était une guerre de tranchée, il le sentait en embuscade.

Le week-end lui fut néfaste.

Désarçonné par un exemple malheureux il perdit une bataille.

Heureusement le lundi matin le trouva tout ragaillardi devant son ordinateur.

La tempête Zeus abattit 2 arbres ce jour là.

La guerre contre l’ennemi liquide avait reprit de plus belle.

Comment sortir de la pauvreté matérielle?

Il avait lu un livre où la solution était de passer à l’action.

C’est vrai que sa vie était une longue réflexion jusque là.

Toute une organisation germait dans son présent en prenant racine dans son passé.

Il cherchait les moyens pour réduire sa fâcheuse tendance aux pensées négatives quand les choses se passaient mal.

Il voulait en finir avec ce quotidien qui le voyait lutter en permanence contre la sinistrose.

Mais passer à l’action quand on est anxieux ça fait peur !

Il se lança et aussitôt trébucha !

« Bin voila! » Se dit il. » J’avais bien raison de ne rien faire! «

« Maintenant c’est foutu ! »

« Elle ne viendra plus. »

« Je l’ai perdue. »

Ses pensées tournaient dans la pièce et ricochaient contre les murs défraîchis.

La semaine commençait et les cris du week-end avaient disparus.

Elle lui avait demandé d’effacer son numéro de téléphone.

Il n’avait pas obéi mais avait remplacé son prénom par NON.

Pendant tout ce temps le monde continuait de tourner.

Ce monde qui l’entourait, composé de ceux qui dirigent et des autres, les dirigéEs.

L’image arrangée de la réalité qui servait à diriger sortait des écrans imposés par les possédants.

La conscience de ce qui l’entourait tournait à l’hyperconscience.

Ses sensations étaient démultipliées.

Il devait fuir ce lieu bruyant, avec Luttes qui devait aussi souffrir des oreilles!

Les sensations réelles et celles induites par les écrans ne se mélangeaient pas.

Pour être informé il suivait les journaux télévisés.

Pour être informé ? Où était ce pour fuir le présent et la réalité ?

La désocialisation est fréquemment le résultat du chômage prolongé.

Mais puisque l’individualisme gagne, ne faut il pas se battre chacunE dans son coin touTEs ensemble?

Allons, allons ! C’est le jour du printemps. L’équinoxe est là.

C’était l’anniversaire de son fils et il ne le lui souhaitait pas, celui ci ne lui parlant plus depuis longtemps.

Les seules occasions où il se souvenait de lui étaient celles où son ordinateur tombait en panne.

Le chômage l’avait séparé de sa famille et la pauvreté finit le travail d’isolement.

« Voyons ma comptabilité. 500 euros par mois c’est peu et il faut bien gérer! » se disait il ce matin là.

L’électricité lui était facturée 21,84 euros par mois.

Alors qu’il était capable de se la procurer gratuitement !

Récupérer et stocker 25 euros d’électricité ne devrait pas être sorcier !

Ce n’était pas tant une question d’argent d’ailleurs. Plutôt une action anticapitaliste.

Mais voilà que le brouillard reprenait possession du paysage derrière la fenêtre.

Le redémarrage est vraiment difficile cette semaine.

Dimanche passé enfermé et trop connecté et hier lundi échappé de l’Appartatelier.

Le printemps est une saison très troublante avec toute cette énergie qui demande à fuser!