Avenirs 20370220

Cette violence était apparente dans son quartier rénové mais peuplé de gens pauvres.

Le journal local titrait régulièrement à la une le nom du lieu: Pontanézen.

Il imaginait les actionnaires du quotidien se frottant les mains à chaque voiture brûlée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *