Avenirs 20370103

Au matin du 3 janvier 2037 le monde lui semblait figé derrière la grande fenêtre de la salle.

Assis sur le canapé bientôt cinquantenaire il regardait le mur de brouillard glauque au travers duquel s’allumaient et s’éteignaient des petites lumières. Durant les deux dernières décennies elles étaient passées d’ampoules se réveillant dans les immeubles d’en face à faibles halos à peine visible.

On entendait bien le chant des oiseaux matinaux et les cris des mouettes derrière le linceul grisâtre de la pollution. Ce n’était plus que des enregistrements diffusés par la métropole Brestoase qui ne voulait pas oublier les criaillements de l’animal symbolique disparu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *